artistes-classiques.forumculture.net

débats autour des artistes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Johann Hasse (1699 1783)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Johann Hasse (1699 1783)   Mar 8 Mai - 23:29

Johann Adolph Hasse (25 mars 1699 - 23 décembre 1783) fut un compositeur allemand. Il est né à Bergedorf non loin de Hambourg et reçut sa première formation musicale de son père. Comme il avait une jolie voix de ténor, il choisit la carrière lyrique et entra dans la compagnie d'opéra du Gänsemarkt dirigée par Reinhard Keiser, celle-là même ou Georg Friedrich Haendel avait joué en tant que second violon quelques années auparavant. Sa réussite le fit remarquer pour être engagé par le théâtre de la Cour de Brunswick-Lunebourg et ce fut là qu'en 1723 il débuta sa carrière de compositeur d'opéras avec sa première œuvre intitulée Antigonus.
Devant le succès remporté par cette première composition, le duc décida d'envoyer Hasse en Italie pour y parfaire sa formation ; c'est ainsi qu'il arriva à Naples en 1724 pour y travailler avec Porpora; il semble cependant qu'il s'entendait mal avec ce dernier, que ce soit au plan artistique ou personnel. En revanche, il se lia d'amitié avec Alessandro Scarlatti, qui était largement plus âgé que lui, et grâce auquel il reçut sa première commande: il s'agissait d'une sérénade à deux voix, qui fut chantée chez une famille de riches marchands par deux des plus célèbres chanteurs italiens du temps, le castrat Farinelli et la Signora Tesi. Cet événement établit sa réputation. Il devint bientôt très célèbre et son opéra Sesostrato, écrit pour l'Opéra Royal de Naples en 1726 fit connaître son nom dans toute l'Italie. Il se rendit à Venise en 1727 et lia une idylle avec la célèbre chanteuse d'opéras Faustina Bordogni, qui était née à Venise en 1700 et qu'il épousa en 1730.
Le couple d'artistes s'installa peu de temps à Dresde, répondant à une offre intéressante du munificent Électeur de Saxe Auguste II. Hasse y resta deux années ; il retourna ensuite en Italie puis, en 1733, se rendit à Londres. Il y fut courtisé par la faction aristocratique anti-Haendel qui voulut lui faire jouer le rôle de concurrent à cet illustre rival et contrer ses entreprises en matière d'opéra. De façon modeste et lucide, Hasse déclina cette proposition mais resta néanmoins à Londres pour y diriger les répétitions de son opéra Artaserse (dont la première représentation avait eu lieu à Venise en 1730). Pendant tout ce temps, Faustina était restée à Dresde ou elle était devenue la chanteuse favorite du public et la favorite tout court de l'Électeur, séduit par sa voix et le reste. Cependant son époux légitime resta attaché à elle, qu'il n'était autorisé à voir que de temps à autre. L'Électeur mourut en 1733 et Hasse s'installa pour de bon à Dresde jusqu'en 1763. À cette date, Hasse et son épouse furent congédiés de la Cour sans aucune pension, l'éphémère prince-électeur Friedrich Christian (dix mois de règne) étant confronté à d'énormes difficultés financières. Mais Hasse était encore trop jeune pour se reposer sur ses lauriers. Il partit pour Vienne avec sa famille et créa encore plusieurs opéras qui vinrent allonger la liste de ceux qu'il avait écrits. Sa dernière œuvre scénique fut l'opéra Ruggiero composé à l'occasion du mariage de l'archiduc Ferdinand à Milan. À cette même occasion fut exécutée une œuvre de Mozart, qui avait alors 14 ans, et Hasse remarqua avec justesse: « ce jeune homme nous dépassera tous ». Pour plaire à sa femme, Hasse finit par s'établir à Venise d'où elle était native ; c'est là qu'il mourut. Pendant toute sa carrière il ne composa pas moins de 120 opéras ainsi que des oratorios, des cantates et toutes sortes de pièces instrumentales. Pendant le siège de Dresde par les Prussiens en 1760, la plus grande partie de ses manuscrits furent détruits par un incendie, alors qu'il devait en être publiée une édition complète aux frais de l'Électeur de Saxe. Quelques-uns de ses ouvrages, au nombre desquels l'opéra Alcide al Bivio (1760), ont été publiés et les bibliothèques de Vienne et de Dresde possèdent les manuscrits de quelques autres.
L'instrumentation de Hasse ne dépasse pas le niveau assez médiocre de la plupart des musiciens de son temps et ses ensembles ne présentent généralement guère d'intérêt. Il manquait aussi de talent dramatique, mais ses mélodies sont plaisantes et faciles, c'est ce qui lui permit d'atteindre à une telle notoriété. Les deux airs que le mélancolique roi d'Espagne Philippe V demanda à Farinelli de lui chanter tous les jours pendant dix ans étaient de sa composition. En ce qui concerne son épouse, Faustina, il suffit d'ajouter qu'elle fut, aux dires unanimes des critiques de l'époque (et parmi eux Charles Burney) l'une des meilleurs chanteuses de cette époque qui n'en manquait pas. La date précise de sa mort n'est pas connue. On pense qu'elle précéda de peu celle de son mari.

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
 
Johann Hasse (1699 1783)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Johann Adolph Hasse (1699-1783)
» Johann Adolf Hasse: aperçu discographique
» Johann Nepomuk Hummel (1778-1837)
» Johann PACHELBEL (1653-1706)
» Johann Wilhelm Hassler (Hässler) (1747-1822)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-classiques.forumculture.net :: 1er étage : Le bureau des compositeurs :: période classique-
Sauter vers: