artistes-classiques.forumculture.net

débats autour des artistes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Joseph Bodin de Boismortier (1689 1755)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Joseph Bodin de Boismortier (1689 1755)   Sam 28 Avr - 22:20

Joseph Bodin de Boismortier est un compositeur français né le 23 décembre 1689 à Thionville et mort à Roissy-en-Brie le 28 octobre 1755.
Son père, Étienne Bodin (1652-1730), affublé du sobriquet «Boismortier» était un ancien militaire originaire, par son grand-père Michel, des confins du Berry et de la Touraine (Selles-sur-Nahon) près de Châteauroux. Après un passage à Laval, Étienne entre en garnison au régiment du Soissonais cantonné à Thionville et obtient une dispense de ses obligations militaires afin d'épouser, le 7 avril 1687, Lucie Gravet (1665-1738), une jeune fille du cru. Il met à profit la tradition familiale en devenant marchand confiseur, à l'ombre des sévères façades de la cathédrale de Metz. Dès le 24 mars 1688, un premier enfant voit le jour : une fille, Marie. Appelée à devenir maîtresse tailleuse dès 1712, elle épousera, le 8 avril 1720 sur la paroisse Sainte Croix de Metz, Jean Bouchotte, 35 ans, marchand boutonnier. Leur fils, Jean-Didier, caissier de l'Extraordinaire des Guerres puis Receveur-payeur des gages des officiers du Parlement, aura lui même plusieurs enfants dont Jean-Baptiste Noël Bouchotte, éminent ministre de la guerre sous la Convention, entre 1793 et 1794. Le 18 novembre 1691, à Thionville toujours, une petite Catherine est baptisée. Enfin, le 29 septembre 1700 est enregistré le décès de Marie-Thérèse, à Metz cette fois, avant qu'on ait eu le temps de la faire passer sur les fonds. Pour achever ce portrait de famille, une lettre datée du 11 janvier 1753 et adressée par Boismortier au Surintendant des Beaux-arts, atteste de l'existence d'un peintre, Pierre Etienne, qui fut effectivement reçu dans sa corporation messine le 28 mars 1719. Boismortier est alors très probablement destiné à reprendre la boutique de son père mais ses talents déjà perceptibles le font embrasser une toute autre voie...
Jusqu'à récemment, le plus grand flou régnait sur cette première période. Soucieux de prêter à l'adolescent un professeur prestigieux, on avait supposé que Joseph Bodin avait pu suivre l'enseignement d'Henry Desmarest, alors en exil lorrain depuis 1707. Il n'en est rien. En 1702, il chante en effet avec son frère à l'église messine de Saint-Gorgon, certaines parties du motet Parce mihi Domine de la composition de Joseph Valette de Montigny. Ce dernier, originaire de Béziers, était venu en Lorraine dans la suite de vicomte d'Andrezel, conseiller du Grand Dauphin, et nommé depuis 1701, subdélégué à l’Intendance d’Alsace. Les deux personnages auront une importance capitale dans la suite de la vie de Boismortier ; le jeune homme composant sans doute ses premières pièces en Lorraine. Pour fuir l'avenir de confiseur qui l'attendait, Boismortier accepte, en 1713, de s'expatrier en Catalogne. Il y arrive à Perpignan comme receveur de la Régie Royale des Tabacs pour les troupes en Roussillon. L'achat d'une telle charge suppose une aide financière plutôt qu'une donnation paternelle...
Vur du pavillon de l'Aurore au château de Sceaux. Coll. Priv.En place dans le quartier Saint-Jean de Perpignan, Boismortier épouse le 20 novembre 1720, à la cathédrale, Marie Valette, nièce de son professeur languedocien et fille d'orfèvres grassement enrichis. Il s'établit alors dans la demeure familiale, au n°7 de la rue de l'Argenterie Vella ; maison dont il ne tarde pas à hériter au décès de son beau-père, le 18 mars 1722. Tombe également dans son escarcelle, « une vigne située au terroir de Vernet, de deux ayminattes et trois cartonattes »... Le 15 novembre de la même année, voit le jour la première fille du compositeur, Suzanne, appelée à un avenir littéraire aussi doré que celui, musical de son père. Le vicomte d'Andrezel ayant suivi Boismortier et Montigny dans l'antique capitale catalane pour y exercer la charge d'intendant en Roussillon, Cerdagne et Comté de Foix, il profite de son influence pour inciter Boismortier à envoyer, dès 1721 à l'éditeur parisien Christophe Ballard, un premier air sérieux et à boire pour tester le marché[1]. La réussite est au rendez-vous ce qui décide le compositeur à quitter ses fonctions et à se lancer dans l'aventure. Il quitte Perpignan et, sur le chemin qui le mène à Paris durant l'hiver 1723, fait une courte halte au château de Sceaux, chez la duchesse du Maine, pour un donner une cantate française, Le Printemps. Certes, l'éclat des grandes « Nuits » de cette cour frondeuse a pâli mais il y rencontre notamment Nicolas Bernier, Joseph Mouret ou Charles Hubert Gervais...
Vue du quartier Saint-Antoine. Détail du plan de Turgot, 1739Il s'établit alors rue Saint-Antoine, derrière la barrière des sergens devant les Grands Jésuites, quartier où reviendra d'ailleurs son épouse après sa mort (elle y sera inhumée). Il optient un premier privilège d'impression, le 29 février 1724, qui lui permet de publier quatre livres de sonates à deux flûtes sans basse, sorte de choix de ses meilleurs essais : «Comme il y a près d'un an qu'il court a Paris douze Sonates a deux Flûtes-Traversières de ma composition, copiées a la main, et que les Copistes y ont glissé plusieurs fautes essentielles; j'ay resolu, en y en adjoûtant douze nouvelles, de les donner moy-même au public en quatre Livres, ou dans chacun il y en aura trois des premières et trois des nouvelles. Si le public me fait la grace de gouter ce premier, je les donneray de suite». C'est alors le début d'une carrière exemplaire, totalement dégagée des nécessaires protections que ses collègues Naudot, Braun, Blavet, Corrette ou Leclair ne rechignaient pas à accepter. Boismortier met un point d'honneur à ne devoir sa réussite qu'à lui seul. Tout juste s'autorise-t-il à publier en préface à sa première œuvre une fausse dédicace à d'Andrezel, ce qui n'est en fait qu'une marque d'amitié sincère. Plus encore que ces hommages nécessaires, ce sont les nombreux poèmes que Boismortier choisira de publier en tête de ses ouvrages qui achèveront de dresser de lui un portrait des plus attachant. Flattant les dames, rencontrant les plus grands noms de la noblesse parisienne, parcourant les salons vêtu de son plus bel habit doré, homme jovial, plaisant et de bonne compagnie, Boismortier ajoutait à son talent de compositeur celui de poète comme nous le laissait entendre Jean-Benjamin de Laborde : «Il faisait des vers à la manière de Scarron, dont quelques un courraient dans les sociétés...».
Boismortier privilégiant dans ses premiers opus les intruments à vent, et plus particulièrement la flûte traversière dont il jouait, s'inscrit dans la lignée des duos de Michel de La Barre ou de Hotteterre, usant d'un contrepoint savant et décuplant l'émotion que donne la savante imbrication des voix. Mais il garde déjà à l'esprit l'influence Italienne grandissante à Paris en ces années 1720. Il s'inscrit d'emblée dans un mouvement pastoral et populaire prisé de la noblesse et de la bourgeoisie, qui se piquent de jouer dans leurs salons, pour une société choisie, quelques sonates ou duos bien spirituels. «Les instrumens auxquels on s'attachoit le plus en ce temps-là à Paris, sont le Clavessin et la Flûte traversière ou Allemande. Les François jouent aujourd'hui de ces instrumens, avec une délicatesse non pareille». De là est venu la tradition mercantile de Boismortier, privilégiant la quantité à la qualité, relayée une nouvelle fois par l'infatiguable Laborde : « Boismortier parut dans le tems où l'on n'aimait que la musique simple et fort aisée. Ce musicien adroit ne profita que trop de ce goût à la mode et fit pour la multitude des airs et des duos sans nombre, qu'on exécutait sur les flûtes, les violons, les haubois, les musettes, les vielles, etc... Cela eut un très grand débit; mais malheureusement il prodigea trop de ces badinages harmoniques, dont quelques-uns surtout étaient semés de saillies agréables. Il abusa tellement de la bonhomie de ses nombreux acheteurs qu'à la fin on dit de lui : Bienheureux Boismortier, dont la fertile plume/Peut tous les mois, sans peine, enfanter un volume. Boismortier pour toute réponse à ses critiques, disait : Je gagne de l'argent ». La plus grande partie de son œuvre comprend donc des pièces dédiées à son instrument. Ses amitiés également furent précieuses. Ses contact avec le bordelais Pierre Labbé sont attestés par l'Avertissement à son œuvre 26 : «Comme je ne joue pas assez bien du violoncelle pour juger moi-même de ces pièces j'ai prié Monsieur L'abbé que l'on connait célèbre pour cet instrumen de les examiner. C'est par son approbation que je me suis déterminé à les donner au public de qui je souhaite le même avantage». L'opus 31 quant à lui, dédié à la viole de gambe, est un véritable hommage à Marin Marais, revu et corrigé par l'un des amis proches de Boismortier : le parisien Louis de Caix d'Hervelois qui partagera la même adresse, en 1736, que notre lorrain-catalan : rue du Jour, vis à vis le grand Portail St Eustache au cigne de la croix. Au sein d'un catalogue de près de 130 recueils répertoriés, contenant assez de « paillettes pour former un lingot », toujours selon Laborde, la force de de Boismortier, en ce XVIIIe siècle fortement concurrentiel, fut de composer avec une variété de ton exemplaire. Peu d’instrument échappèrent à sa plume et presqu’aucune forme musicale ne lui fut ignorée. On compte ainsi dans son catalogue, des œuvres pour flûte traversière bien évidemment, flûte à bec, hautbois, violon, violoncelle, viole de gambe, musette, vielle à roue, basson, par-dessus de viole, clavecin sous forme de suites, sonates, duos, trios, quatuors, quintettes et concertos les plus divers. Poussant l’art et la manière à un degré rarement égalé, Boismortier sut également marier les timbres et mélanger les sonorités au sein de ces formes. La musique vocale retint de même toute son attention puisqu’il composa cinq opéras, six petits motets, quatre grands motets, deux cycles de quatre cantates françaises, un recueil de cantatilles et surtout près de quatorze volumes d’airs à une ou plusieurs voix.
Dès 1736 en effet, pour plus de reconnaissance, il monte à l'assaut de l'Académie Royale de Musique avec ses Voyages de l'amour, dédié au directeur, le Comte de Clermont, sorte de vaste fresque « à la Watteau » dont l'échec relatif le fait cependant temporiser. Il fréquente les Salons parisiens, fait la connaissance de Rameau, Mondonville et la horde des novateurs ce qui le pousse à composer ses pièces de clavecin. Tout naturellement, les portes du Concert Spirituel s'ouvrent à lui. Il y donnera plusieurs œuvres dont le fameux motet à grand choeur, Fugit Nox (1er novembre 1741), repris chaque année pendant plus de vingt ans et mêlé agréablement de noëls catalans fort typiques (San Josep fa bugada)[5]. L'Avant Coureur de 1763 (p.13) y voyait un chef d'œuvre de combinaison et d'ensemble tandis que le Journal de Musique de 1770 (p.49) le décrivait : « entremèlé de noëls avec beaucoup de goût et d'adresse. L'effet est agréable, surtout lorsqu'on songe au goût qui règnait dans la musique quand cet ouvrage a été fait ». Il réitèrera l'expérience avec succès cette fois, en donnant Don Quichotte, en 1743, sur un livret de Favart et inpiré de Cervantès, sorte de farce dans laquelle Sancho échappe de peu à un monstre en furie et se réfugie dans les jardins d'une duchesse imaginaire que nombreux furent les musicologues tentés d'y voir ceux de la duchesse du Maine chez qui Boismortier avait brillé quelques vingt années plus tôt... Prédestiné aux sujet légers, Monsieur Bodin exercera également et directement ses talents de chef d'orchestre à la Foire Saint Laurent en 1744 puis à la Foire Saint Germain l'année suivante. Enfin, ultime œuvre du catalogue, Daphnis et Chloé, pastorale en trois actes sur un livret de Pierre Laujon, sera représentée pour la première fois le Jeudi 28 Septembre 1747 puis reprise à la scène le jeudi 4 mai 1752, pour 12 représentations. «J'avais dit, dans une de mes lettres à Monseigneur, que je devais donner les Quatre Parties du Monde, poème de M. le Roi, mais les Italiens, qui ont pris le dessus à l'Opéra m'ont réduit à la retraite». Boismortier, dans cette seule lettre autographe qui nous soit restée de lui, nous donne les raison de son retrait de la vie musicale : la Querelle des Bouffons. Plan d'Intendance de Roissy-en-BrieVers 1753, il se retire dans sa propriété de La Gâtinellerie, acquise quelques années plus tôt, où il meurt en 1755. Il y est encore enterré, dans la nef de l'église de Roissy-en-Brie. Son épouse reviendra rue Saint-Antoine à Paris et vendra la propriété. Ses filles continueront à gérer les nombreuses rééditions à succès des œuvres de leur père jusqu'en 1771. Elles demeuraient rue Percée, face à l'église Saint-Paul-Saint-Louis.

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
 
Joseph Bodin de Boismortier (1689 1755)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joseph Bodin de Boismortier (1689-1755)
» Joseph BODIN DE BOISMORTIER (1689-1755)
» Joseph Haydn-Symphonies
» Joseph Martin KRAUS (1756-1792)
» Joseph Haydn -Messes et pièces sacrées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-classiques.forumculture.net :: 1er étage : Le bureau des compositeurs :: période baroque-
Sauter vers: