artistes-classiques.forumculture.net

débats autour des artistes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Luigi Boccherini (1743 1805)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Luigi Boccherini (1743 1805)   Jeu 19 Avr - 0:12

Luigi Boccherini est un violoncelliste et compositeur italien né à Lucques, près de Pise en Toscane, le 19 février 1743, mort à Madrid le 28 mai 1805. Il était d'une famille d'artistes. Son père Leopoldo est un excellent contrebassiste, son frère Giovanni Gastone sera le librettiste de plusieurs opéras d'Antonio Salieri et de Joseph Haydn et sa sœur ballerine.
Luigi va très rapidement montrer beaucoup d'intérêt pour la musique et pour le violoncelle en particulier. Son père lui donne les premières leçons mais étonné par les aptitudes de l'enfant, il le confie au maître de chapelle de la cathédrale de Lucques Domenico Vanussi. Il est ensuite envoyé à Rome au compositeur célèbre à l'époque : Costanzi. Il se familiarise avec l'œuvre de Palestrina et d'Allegri dont le célèbre Miserere fera très forte impression sur le jeune homme. Boccherini devint le plus grand violoncelliste de son temps, il égala en virtuosité sur son instrument les plus grands violonistes contemporains. En 1757, après avoir terminé ses études à Saint-Pierre de Rome, il suivit son père qui réussit à obtenir un poste de contrebassiste pour lui-même et de violoncelliste pour Luigi à l'orchestre de la cour impériale d'Autriche à Vienne, et ne retourna pas à Lucques avant 1764. Cette année là, Luigi préfère la place de violoncelliste à la chapelle palatine de Lucques et quitte Vienne pour sa ville natale. Devant le relatif insuccès de sa carrière, la rémunération est maigre, il quitte à nouveau sa ville natale pour une tournée de concert en France avec le quatuor à cordes qu'il a créé en 1764 (chose exceptionnelle à l'époque), dont le répertoire est composé d'œuvres de Haydn, de Boccherini et de quelques compositeurs plus connus autrefois. Entre 1764 et 1768, il compose deux oratorios Giuseppe Riconoscuito et Gioas, re di Guidea. En 1768, il se rend à Paris avec Manfredi, musicien de son quatuor à cordes. À la suite de la querelle des Gluckistes et des Piccinistes, les Italiens sont les bienvenus. Il peut publier quelques quatuors op.1 et trios op.2. Boccherini et Manfredi présentent leurs œuvres au Concert Spirituel. La renommée de Boccherini s'étend. L'Ambassadeur d'Espagne à Paris parvient à convaincre Boccherini et Manfredi de se rendre à Madrid en leur faisant miroiter une place stable sous la protection et grâce au mécénat de Don Luis, frère du roi d'Espagne. Cette proposition peut paraître étrange car le roi espagnol Charles III n'aime pas la musique. Il s'installe, fin 1768, en Espagne, pour ne plus quitter ce pays jusqu'à son décès. La situation n'est effectivement pas aussi brillante qu'ils auraient pu l'espérer. De nombreux musiciens italiens exercent à Madrid et jalousent le compositeur. De plus, seuls les auteurs d'opéras peuvent espérer la gloire ce qui n'est pas son cas. Ce n'est qu'en 1770 que l'Infant Don Luis engagera le compositeur comme violoncelliste et compositeur. Cette année, il commence à composer son premier quintette à cordes, forme qu'il a fortement contribué à développer. Il devient dès lors très fertile et produit de nombreuses pièces de musique de chambre qui accroissent encore son prestige. Les célèbres quatuors op.15 lui donnent une renommée européenne. En 1776, le mariage morganatique de l'Infant Don Luis entraîne le rejet des deux musiciens de la cour madrilène. Sa production s'en ressent. Néanmoins, il compose à cette époque le remarquable Stabat Mater (1781). En 1785, il perd son protecteur. Charles III lui accorde une pension et il parvient à se mettre au service de Frédéric Guillaume II de Prusse qui le nomme compositeur de la chambre. À partir de 1786, il va également être employé au service de la Duchesse Benavente-Osuna qui entretient un petit orchestre. Boccherini en est le directeur. À cette époque, il fréquente le peintre Goya. Mais, pour des raisons non connues, il quitte soudain ce poste et perd en 1797 la pension du roi Guillaume à la suite de son décès. Abattu et désargenté, Boccherini tente de vendre quelques œuvres à Ignaz Pleyel, éditeur à Paris qui abusera de la situation difficile du compositeur. Grâce à Lucien Bonaparte, ambassadeur français à Madrid, il obtient en 1800 une charge rémunérée et il lui dédie deux séries de quintettes op.60 et op.62. Une succession de malheurs familiaux (décès de plusieurs enfants, de sa seconde épouse) l'amoindrissent. Il tombe dans un état d'extrême pauvreté, mal logé, il meurt à Madrid des suites d'une maladie pulmonaire le 28 mai 1805.

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
joachim

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 71
Localisation : Nord (Avesnois)
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Luigi Boccherini (1743 1805)   Jeu 19 Avr - 10:48

De la même façon qu'on considère Haydn comme le père du quatuor à cordes, Boccherini est incontestablement celui du quintette à cordes : il y en a 125, la plupart à 2 violoncelles, des modèles du genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Luigi Boccherini (1743 1805)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luigi Boccherini (1743-1805)
» Luigi Boccherini
» Luigi Rossi (1597-1653)
» Luigi Nono (1924-1990)
» Luigi Tomasini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-classiques.forumculture.net :: 1er étage : Le bureau des compositeurs :: période classique-
Sauter vers: