artistes-classiques.forumculture.net

débats autour des artistes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Arrigo Boïto (1842 1918)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Arrigo Boïto (1842 1918)   Mar 31 Aoû - 16:16

Arrigo Boito, né le 24 février 1842 à Padoue et mort le 10 juin 1918 à Milan, est un compositeur, romancier et poète italien, connu surtout pour ses livrets d'opéra et pour son drame lyrique, Mefistofele. Arrigo Boito qui, sur le modèle de Stendhal, transforma son prénom d'Enrico en Arrigo, était issu d'une famille intellectuelle de Padoue passionnée d'art et de culture. Son père était miniaturiste. Sa mère, née comtesse Josefa Radolinska, était d'origine polonaise. Il évolua dans le cercle de la scapigliatura milanaise, mouvement littéraire et artistique très éclectique, né en Lombardie à la fin du XIXe siècle, qui rejetait tout dogme esthétique. Il étudie le violon, le piano et la composition au Conservatoire de Milan entre 1855 et 1860. En 1860, alors que l'Italie vit les heures cruciales de son unification , il compose avec son ami Franco Faccio une cantate patriotique Il quattro Giugno,ainsi qu'un drame musical Le Sorelle d'Italia et s'engage sous la bannière de Garibaldi. En récompense, les deux jeunes auteurs compositeurs obtiennent du roi Victor-Emmanuel II une bourse pour voyager durant deux ans à l'étranger. Boito choisit de séjourner à Paris. Il y découvre la nouvelle musique française, notamment Berlioz et Meyerbeer, et est présenté à Rossini. C'est aussi l'époque où Wagner triomphe dans les milieux littéraires parisiens.
De retour à Milan, Boito s'attèle à son premier opéra, Mefistofele dont il écrit à la fois la musique et le livret qui suit de façon très fidèle le superbe texte du Faust de Goethe. Créée à la Scala de Milan le 5 mars 1868, cette oeuvre rompt totalement avec la tradition italienne du bel canto. L'érudition de Boito n'est pas étrangère à cette originalité. Fin connaisseur de Shakespeare - qu'il traduit en italien - et du théâtre élizabéthain, il se passionne aussi pour les philosophes allemands, particulièrement Nietzsche et Schopenhauer. Pour Boito, qui se voit autant comme écrivain que comme musicien, la musique doit épouser fidèlement le livret. Plus question de se plier aux caprices des divas en privilégiant leur rôle. C'est l'œuvre littéraire qu'il faut applaudir. L'opéra est avant tout du théâtre musical. Mais le public désemparé ne le suit pas. La première est un échec et l'opéra aussitôt retiré de l'affiche. Boito remanie l'oeuvre qu'on rejoue à Bologne en 1875, cette fois avec succès, puis à Hambourg, Londres (en italien) et Boston (en anglais) en 1880, à Bruxelles (en français) en 1883 et enfin à Paris en 1919.
Ses amis compositeurs lui commandent des livrets. Il a écrit, sous l'anagramme de Tobia Gorrio, La Gioconda pour Ponchielli d'après Victor Hugo, Amleto (Hamlet) pour Franco Faccio. Il publie aussi des recueils de poèmes : Il Re Orso (1864), Il libro dei versi (Turin, 1877), écrit des nouvelles, Le Fou noir et Le Poing fermé notamment, et traduit les livrets d'opéras de Wagner (Rienzi, Tristan und Isolde). En 1875, l'éditeur milanais Ricordi le met en rapport avec Giuseppe Verdi, pour qui il va remanier le livret de Simon Boccanegra (1881), puis composer les livrets de ses deux derniers opéras Otello et Falstaff d'après Shakespeare.
Nommé inspecteur général des conservatoires de musique italiens, il est fait sénateur par le roi d'Italie et docteur honoris causa des Universités anglaises de Cambridge et Oxford. Partout régulièrement à l'affiche le Mefistofele fait désormais partie du répertoire lyrique de nombreuses maisons d'opéra (Le Prologue était l'œuvre que le maestro Toscanini mettait le plus volontiers à son programme).
Un second opéra, Nerone, auquel il travaille depuis 1870, demeure inachevé à sa mort en 1918. L'orchestration en est complétée par Vincenzo Tommasini sous la supervision de Toscanini, qui le crée à la Scala le 1er mai 1924.
Son frère, Camillo Boito (1836-1914) s'est distingué comme architecte spécialisé comme Viollet-le-Duc dans la restauration du patrimoine et comme écrivain, auteur de nouvelles, dont l'une, Senso, fit l'objet d'une remarquable adaptation cinématographique signée de Luchino Visconti.

source : wikipédia


_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
 
Arrigo Boïto (1842 1918)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrigo Boïto (1842-1918)
» Arrigo Boito (1842-1918)
» Knutsen 1918
» [Brésil] Arrigo Barnabé (samba sérielle)
» LILI BOULANGER (1893-1918)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-classiques.forumculture.net :: 1er étage : Le bureau des compositeurs :: période post romantique-
Sauter vers: