artistes-classiques.forumculture.net

débats autour des artistes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Favorita (1840)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La Favorita (1840)   Mer 16 Sep - 18:06

Opéra en 4 actes, sur un livret d'Alphonse Royer et de Gustave Vaez, d'après le drame de Baculard d'Arnaud 'Le Comte de Comines'.
Création à l'Opéra de Paris le 2 décembre 1840.

Personnages
Alphonse XI, roi de Castille (baryton), Fernand, jeune novice du couvent de Saint Jacques de Compostelle (ténor), Don Gaspare, ministre du roi (ténor), Balthazar, supérieur du monastère (basse), Léonora di Gusman (soprano), Inès, sa confidente (mezzo-soprano)

Argument

Acte I
Au monastère de Saint Jacques de Compostelle (Castille, 1340), Balthazar, le Prieur, constate que Fernand, un novice, s'abstient de la prière. Il est amoureux d'une belle inconnue dont il a frôlé la main par inadvertance pendant un office. Lorsque Balthazar, qui avait espéré que Fernand lui succéderait comme prieur, lui rappelle la puissance de l'Eglise et les fléaux du monde. Fernand ne peut que répondre : "Je l'aime". Balthazar le renvoie tristement, luis prédisant qu'il reviendra un jour.
Fernand, les yeux bandés, débarque sur la belle île de Léon, introduit par Inès et ses compagnes. Elles servent sa bien-aimées, Léonor de Guzman, qui est en fait la maîtresse du roi Alphonse XI. Refusant de révéler son identité et écartant à regret l'offre de mariage de Fernand, Léonor lui offre un brevet d'officier dans l'armée royale. Lorsqu'Inès annonce l'arrivée du roi, Léonor sort. Croyant que Léonor est une femme noble, Fernand fait le voeu de rechercher la gloire pour être digne d'elle.

Acte II
Dans le Palais d'Alcazar, à Séville, Alphonse attribue la victoire sur les Maures à la bravoure de Fernand. Des courtisans intrigants, menés par Don Gaspar, ont appris au Pape qu'Alphonse aé répudié sa femme pour Léonor, qu'il aime profondément. Mais Léonor, qui est venue aurpès d'Alphonse dans l'attente de devenir reine et non sa maîtresse, le supplie de lui rendre sa liberté. Après des danses célébrant la victoire, Gaspar montre à Alphonse une lettre d'un admirateur inconnu à Léonor, qu'il a interceptée. Elle avoue en aimer un autre, mais refuse de le nommer. Balthazar arrive, en messager du Pape : Alphonse doit immédiatement rétablir sa femme et bannir Léonor, sinon il sera excommunié ainsi que ses partisans.

Acte III
Stupéfait d'apprendre de Léonor qu'elle en aime un autre, Alphonse donne des ordres à Gaspar pour qu'on la fasse venir et qu'on arrête Inès. A la demande de Fernand, Alphonse promet de le récompenser pour son courage en lui permettant d'épouser une femme noble. Lorsqu'il découvre que la fiancée choisie est Léonor, Alphonse ordonne qu'on les marie immédiatement et conseille sarcastiquement à Léonor d'être fidèle au moins à Fernand. Voulant révéler la vérité sur sa position à son bien-aimé, Léonor envoie Ines pour tout lui expliquer, mais Gaspar l'arrête avant qu'ele ait pu remplir sa mission.
Avant la cérémonie de mariage, Alphonse anoblit Fernand. Les courtisans, interprétant cette décision comme un stratagème du roi pour lui permettre de tourner le décret papal, expriment leur mépris pour Fernand, qui leur semble sacrifier volontairement son honneur. Fernand, heureux marié, offre sa main aux courtisans qui le repoussent. Lorsque Gaspar raconte les événements à Balthazar, Fernand apprend enfin que Léonor a été maîtresse du roi. Furieux, il arrache ses décorations, bise son épée et en jette les morceaux aux pieds du roi.

Acte IV
Les moines de Saint Jacques creusent leurs propres tombes, pour démontrer leur renoncement aux plaisirs terrestres. Fernand, qui est revenu au monastère et se prépare à prononcer ses voeux définitifs, songe à son amour pour Léonor. Balthazar va réconforter un pèlerin nouvellement arrivé qui est près de la mort. Fernand pénètre dans la chapelle alors que Léonor entre, déguisée et mourante, bien décidée à s'expliquer avec lui. Elle le retient et le supplie de comprendre et de pardonner. L'amour de Fernand renaît et il veut s'enfuir avec elle, mais elle lui demande de respecter ses voeux. Léonor meurt et Fernand crie à Balthazar et aux moines qu'il la suivra bientôt dans la mort.

d'après le livret de l'ORW, juin 2001


Dernière édition par Bel Canto le Sam 17 Oct - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: La Favorita (1840)   Mer 16 Sep - 18:24

Les CDs






_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: La Favorita (1840)   Mer 16 Sep - 18:28


_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Favorita (1840)   Mer 16 Sep - 18:56

Encore quelques CD :





Dernière édition par Bel Canto le Mer 16 Sep - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Favorita (1840)   Mer 16 Sep - 19:11

Pour la petite histoire, je suis venue à l'opéra, entre autres, grâce à un ami passionné d'opéra et plus particulièrement de Wagner.
Mais il devait bien me connaître car il m'a d'abord fait écouter 'Nabucco' de Verdi (classique Wink ) et puis 'La Favorita' de Donizetti ... et je suis irrémédiablement tombée dans la marmite du Belcanto et de Donizetti ! I love you

J'ai écouté cet opéra encore et encore, dans des conditions pas toujours évidentes (l'enregistrement était sur cassette que je l'écoutais sur l'ancêtre de l'i-pod qui étonnerait plus d'un jeune aujourd'hui ! Very Happy ). La cassette a fini par s'user tout comme l'appareil ... et j'ai vainement et longtemps cherché la version que j'avais dans l'oreille et que je connaissais par coeur.

J'ai fini par acheter la version Bonynge avec Cossotto, Pavarotti, Bacquier et Ghiaurov - très belle version mais Bacquier n'arrivait pas à remplacer ce baryton dont je ne connaissais pas le nom.
Je viens de retrouver l'enregistrement et de le télécharger (légalement !) :



Quel bonheur !!! Alors, évidemment, cela date et l'enregistrement n'est pas de la meilleure qualité, malgré une remasterisation en 2006, semble-t-il mais je comprends que ce baryton m'avait marquée : Ettore Bastianini c'est quelqu'un ; tout comme Giulietta Simionato, encore que sa voix me paraisse bien métallique parfois. Reste le ténor - Jérôme Hines -, je ne crois pas qu'il ferait l'unanimité mais moi, j'aime vraiment beaucoup et encore aujourd'hui, après avoir entendu pas mal d'opéras, il m'impressionne et m'émeut tout autant ! Ah ce final !!!!!! I love you I love you I love you

Des extraits ici
http://www.qobuz.com/telechargement-album-mp3/Gaetano-Donizetti-Donizetti-La-Favorita/Classique/Divers/Urania-Qualiton-Imports-Ltd./default/fiche_produit/id_produit-0829410939478.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Favorita (1840)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Favorita (1840)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Favorita (Donizetti, 1840)
» Donizetti-La Favorite/La Favorita
» Niccolò Paganini (1782-1840)
» Johan Svendsen (1840-1911)
» Harold en Italie ( Berlioz )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-classiques.forumculture.net :: 2e étage : musique classique :: opéra :: DONIZETTI Gaetano-
Sauter vers: