artistes-classiques.forumculture.net

débats autour des artistes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Macbeth (1847)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Macbeth (1847)   Mer 10 Sep - 1:44

Opéra en 4 actes de Verdi, livret de Francesco Maria Piave.
Créé à Florence, le 14 mars 1847.

Personnages
Lady Macbeth (soprano) ; Macbeth, général (baryton) ; Banquo, général (basse) ; Macduff, noble écossais (ténor) ; Duncan, roi d’Ecosse (rôle muet) ; dame d’honneur de Lady Macbeth (soprano) ; Malcolm, fils de Duncan (ténor) ; Fleance, fils de Banquo (rôle muet) ; le docteur (basse).

Synopsis

Acte I.
Scène 1 : un bois.
Dans une forêt d’Ecosse, trois groupes de sorcières vaquent à leurs sortilèges lorsqu’elles rencontrent Macbeth et Banquo, généraux du roi Duncan, qui s’en reviennent victorieux d’une bataille contre les rebelles. Interpellées, elles saluent le premier du titre de thane de Gamis et de Caudore et du nom du futur roi d’Ecosse, tandis qu’elles prophétisent au second une vie plus heureuse et une descendance de rois. Les deux hommes demeurent stupéfaits de cette prédiction inattendue, mais, comme pour confirmer une partie de la prophétie, voilà qu’arrivent des messagers qui annoncent que Duncan a condamné à mort pour trahison le thane de Caudore ; c’est Macbeth qui a été désigné pour lui succéder. Ce dernier est impressionné par la réalisation de la première prophétie ; Banquo, lui songe que, parfois, pour pousser au mal, l’Enfer envoie des pans de vérité.
Scène 2 : galerie dans le château de Macbeth.
Dans son château, Lady Macbeth apprend la nouvelle par une lettre de son époux ; son ambition effrénée révèle une femme impitoyable, prête à tout pour obtenir le pouvoir. Quand un serviteur annonce que Duncan va arriver au château en compagnie de Macbeth, pour y passer la nuit, elle a déjà conçu son plan, et elle pousse son mari à assassiner le vieux roi.
Macbeth hésite, mais, incapable de résister à l’inexorable détermination de sa femme, et poussé par sa propre ambition, qui lui fait voir un poignard d’abord sans tâche puis couvert de sang, il exécute le crime. Bouleversé par ce qu’il a commis, il sent qu’il ne pourra plus jamais connaître le sommeil. Ses angoisses contrastent avec l’implacable froideur de sa femme. Macduff s’en va réveiller le roi ; Banquo qui l’accompagne, est oppressé par de tristes présages. A l’appel de Macduff horrifié, c’est lui qui révèle à toute la cour la découverte du crime. Tous maudissent l’assassin inconnu. Macbeth et son épouse s’unissent à cette malédiction.

Acte II.
Scène 1 : une salle dans le château.
Macbeth est roi d’Ecosse ; on a rejeté le crime sur Malcolm, le fils de Duncan, qui a accru les soupçons par sa fuite en Angleterre. Cependant Macbeth ne se sent pas sûr, il se rappelle la prophétie des sorcières : du sang doit encore couler.
Scène 2 : un bois non loin du château de Macbeth
Banquo et son Fils, Fléance tombent dans l’embuscade que leur ont tendue les sicaires de Macbeth. Banquo est tué mais Fléance réussit à fuir.
Scène 3 : la salle du banquet dans le château.
La cour est réunie dans un somptueux banquet et Lady Macbeth porte un toast auquel tous s’unissent.
Macbeth feint de s’étonner de l’absence de Banquo, dont la mort vient à peine de lui être communiquée ; alors qu’il décide de prendre place à la table du banquet, lui apparaît le spectre de Banquo, qui le remplit de terreur. Vainement freiné par sa femme, il prononce des phrases décousues et compromettantes. Lady Macbeth reprend son toast mais le spectre réapparaît aux yeux de Macbeth. Horrifié le roi décide de retourner voir les sorcières.

Acte III. Une grotte obscure.
Dans une obscure caverne, les sorcières préparent l’appareil du sabbat : elles dansent. http://media.putfile.com/Tre-volte-miagola
Arrive Macbeth, qui demande aux sorcières de consulter les esprits pour connaître le futur. Trois apparitions successives lui conseillent de se garder de Macduff, lui prédisent qu’aucun homme né d’une femme ne pourra lui nuire et qu’il sera invincible tant que la forêt de Birnam ne marchera pas contre lui. Mais Macbeth n’est pas encore satisfait. Il demande précisément si les descendants de Banquo règneront après lui, et alors il voit les esprits de « huit rois » qui « paraissent » successivement, le dernier (c’est Banquo) tient un miroir ». C’est la confirmation de la prophétie. Macbeth s’évanouit et des ondines et des sylphides dansent autour de lui. Quand il recouvre ses esprits, son épouse est à ses côtés, et ils décident ensemble de se venger de Macduff qui a fui lui aussi en Angleterre, en détruisant sa famille et ses biens.

Acte IV.
Scène 1 : région déserte à la frontière de l’Ecosse et de l’Angleterre.
Macduff campe aux confins de l’Ecosse avec les exilés et les hors-la-loi. Tous pleurent le sort de leur patrie opprimée et l’extermination de leurs familles. Malcolm les rejoint à la tête des alliés anglais : l’armée se prépare à marcher sur le château de Macbeth, en se dissimulant derrière des branches arrachées aux arbres de la forêt de Birnam.
Scène 2 : une galerie dans le château de Macbeth.
La nuit, au château, Lady Macbeth est en proie aux phantasmes et aux remords ; une dame de compagnie et le médecin qui l’assiste la voient s’avancer, somnambule, une bougie à la main ; dans un état de quasi folie, elle revoit l’assassinat de Duncan et cherche en vain à effacer les taches de sang qu’elle croit voir sur ses mains.
Scène 3 : l’appartement de Macbeth.
Macbeth, atterré et furieux, abandonné par la plupart des siens, sent que son destin est en train de s’accomplir et que les prophéties se réalisent.
A l’annonce de la mort de sa femme, il ne réagit pas, et il comprend que la fin est proche en voyant marcher la forêt de Birnam.
Scène 4 : une vaste plaine.
Les soldats anglais et les rebelles écossais s’avancent ; rejetant les branches qui les dissimulaient, ils dégainent leurs armes et se jettent à l’assaut. Au cours de la bataille, Macduff, qui n’est pas « né » d’une femme, mais a été tiré du ventre de sa mère, tue Macbeth. Malcolm est proclamé roi d’Ecosse.

Livret du CD DG – Direction Abbado


Dernière édition par Bel Canto le Sam 8 Aoû - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Macbeth (1847)   Mer 10 Sep - 11:26

Les CDs








_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Macbeth (1847)   Mer 10 Sep - 11:28

Les DVDs








_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Macbeth (1847)   Mer 10 Sep - 12:23

J'ai la version d'Abbado ... un tout grand Cappuccilli et de merveilleux choeurs sous la baguette magique d'Abbado !

Une bonne version, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Macbeth (1847)   Mer 10 Sep - 12:25

Je connais cette version car elle est chez mon fournisseur habituel, c'est Ghiaurov qui n'est pas vraiment à son aise. Et pourtant quel immense artiste

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Macbeth (1847)   Mer 10 Sep - 12:44

Cela ne m'a pas frappé, je ferai plus attention la prochaine fois que j'écouterai !
D'accord avec toi ... pour moi, Ghiaurov est une des meilleures basses de sa génération ! Parmi ceux que je connais, c'est son intervention dans Ernani avec Domingo, Freni et Brunson que je préfère ! Un quatuor de rêve ... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Macbeth (1847)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Macbeth (1847)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» achat lamelle seydel 1847
» Jerusalem, Verdi (1847)
» Verdi - Macbeth I & II
» Verdi-Macbeth
» Bastille - Chostakovitch - Lady Macbeth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-classiques.forumculture.net :: 2e étage : musique classique :: opéra :: VERDI Giuseppe-
Sauter vers: