artistes-classiques.forumculture.net

débats autour des artistes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Zémire et Azor (Gretry, 1771)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Zémire et Azor (Gretry, 1771)   Ven 24 Aoû - 23:11

Opéra féerique en quatre actes d’André-Modeste Grétry,
livret de Jean-François Marmontel,
d’après un conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont « La Belle et la Bête » (1755)

Créé le 9 novembre 1771 au Château de Fontainebleau
en présence de Marie-Antoinette, Reine de France.

Les personnages

Zémire (soprano)
Fatmé (soprano)
Lisbé (mezzo-soprano)
Azor (ténor)
Sander (baryton)
Ali (ténor)
Des danseurs

L’intrigue

Sander a trois filles, Zémire, Fatmé et Lisbé. Avant un long voyage qu’il va entreprendre avec son serviteur Ali – voyage qui doit lui apporter la fortune – Sander promet à Fatmé et Lisbé, plus coquettes que Zémire, rubans, parures et bijoux. Zémire ne demande qu’une rose.
Hélas, le navire qui devait apporter la fortune a sombré corps et biens.
Sur le chemin du retour, Sander et Ali, harassés, poursuivis par un orage, pénètrent dans un palais ouvert à tous vents et pour le moins étrange. On n’y voit personne et cependant une table somptueuse leur est offerte. L’orage se calme. Sander, avant de s’en aller, prend une rose qu’il destine à Zémire.
Azor, le maître des lieux, apparaît. C’est un être monstrueux, mi-bête, mi-homme qui condamne à la mort celui qui a volé l’une de ses fleurs. Sander se justifie. Azor s’attendrit et il autorise Sander à emprunter la rose s’il promet de revenir ou si sa fille vient prendre sa place.
Sander et Ali rentrent chez eux où les attendent avec angoisse, les trois filles. Ali profite de l’absence momentanée de Sander pour raconter à Zémire le secret de la rose et le marché conclu. Zémire décide Ali à la conduire dans le palais enchanté.
Zémire est accueillie par les serviteurs d’Azor, eux aussi, mi-bêtes, mi-hommes qui s’évertuent à séduire Zémire. Azor apparaît et va réussir à force de bonté, à ne plus lui inspirer de crainte. Il va même jusqu’à permettre à Zémire de retourner chez elle et rassurer sa famille, puisqu’elle promet de revenir.
Sander, Fatmé et Lisbé tentent de persuader Zémire de ne plus retourner au palais. Fidèle à sa parole, sensible à la bonté et aux attentions d’Azor, Zémire jette l’anneau qui la libère du pouvoir du monstre et elle repart.
Azor se lamente, il va mourir. Zémire l’a trahi.
Soudain, dans le lointain, un appel retentit : « Azor ». C’est Zémire qui revient. Petit à petit, elle s’est mise à aimer le monstre et lorsqu’elle le lui dit, Azor se libère de l’enchantement de la fée. Il redevient le prince qu’il était et c’est dans la joie, le bonheur et l’amour que se termine ce conte des mille et une nuits.

La musique

Grétry prouve dans Zémire et Azor, ses qualités d'orchestrateur.
Dans la célèbre scène du tableau magique, par exemple, il allie le son de deux clarinettes, deux cors et deux bassons, qu'il place derrière la scène pour suggérer le surnaturel de l'apparition de Sander et ses deux filles.
Du foisonnement d'opéras-comiques composés en France dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, Zémire et Azor se détache. Après deux siècles de bouleversements, cette féerie touche encore le spectateur, même si elle reste profondément ancrée dans une société dont les conventions ne nous sont pas toujours compréhensibles. Le merveilleux contribue sans conteste à l'universalisation de l'oeuvre. Elle touche notre sensibilité dans ce qu'elle a de plus inéffable : l'amour de l'Autre pour ce qu'il est et non ce qu'il paraît.
La musique de Grétry transcende, illumine. Au siècle de Rousseau, de Diderot, de Voltaire, notre jeune compositeur avait compris que la musique est lumière parce qu'elle révèle, qu'elle met au jour, justement, une vérité.

d'après le programme du spectacle - ORW Liège, mai 1987


Dernière édition par Bel Canto le Dim 9 Aoû - 14:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 47
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Zémire et Azor (Gretry, 1771)   Sam 25 Aoû - 19:47


_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
joachim

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 72
Localisation : Nord (Avesnois)
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Zémire et Azor (Gretry, 1771)   Lun 27 Aoû - 11:21

Une merveille, cet opéra, qui montre bien le génie de Grétry. Mais pourquoi, diable, ne monte-t-on jamais ses opéras ?

Zémire et Azor, c'est ni plus ni moins l'histoire de "La Belle et la Bête" de Mme Leprince de Beaumont, que Ravel a repris dans Ma mère l'Oye, et dont Jean Cocteau avait réalisé le film bien connu des cinéphiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zémire et Azor (Gretry, 1771)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Zémire et Azor (Gretry, 1771)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zemire et Azor, 1771
» [3D] RCT3 en 3D anaglyphe
» André-Ernest-Modeste Grétry (1741-1813)
» Henri-Joseph RIGEL (1741-1799)
» Votre patelin, votre coin… les environs. Où êtes vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-classiques.forumculture.net :: 2e étage : musique classique :: opéra :: DIVERS XVIIIEME SIECLE-
Sauter vers: