artistes-classiques.forumculture.net

débats autour des artistes
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 François-Frédéric Guy

Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 47
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: François-Frédéric Guy   Mer 1 Aoû - 13:36

François-Frédéric Guy est né en 1969. Il fait partie des artistes élus par Radio France dans le cadre de la collection «Les Nouveaux interprètes» qui lui permit d'enregistrer les Sonates n° 29 et 30 de Beethoven*, trois ans après avoir gravé, déjà, les Archipels d'André Boucourechliev.**
Au premier abord, François-Frédéric Guy fait figure de pianiste brillant et doué, capable d'aborder tous les répertoires. Ce qui est vrai. Mais l'un de ses préceptes d'interprète est le suivant : «Le fait qu'une œuvre soit célèbre ne signifie pas que vous deviez absolument la jouer.» C'est en cela que sa discographie est remarquable par ses choix : à côté d'un Deuxièime Concerto pour piano et orchestre de Brahms enregistré à Londres, en public, le 31 mai dernier, sous la direction de Paavo Berglund (un chef du Nord qui sait faire jaillir des geysers là où on ne les attendrait pas), on trouve aussi les Sonates pour piano n° 6 et 8 de Prokofiev***.
François-Frédéric Guy a mené une adolescence solitaire. «J'ai passé des nuits entières à écouter des opéras de Wagner, des symphonies de Mahler et de Bruckner ; je connais aujourd'hui très bien ces partitions.» C'est l'une des raisons pour lesquelles, sans doute, il aime pratiquer la musique de chambre. «Pour moi, un concerto est une œuvre de musique de chambre au degré supérieur.» La connaissance de la musique symphonique l'a poussé aussi vers les transcriptions et vers le répertoire pour deux pianos ou pour piano à quatre mains. «Je joue les symphonies de Brahms, que le compositeur a lui-même transcrites, et qui sont d'immenses sonates pour piano. Brahms les a arrangées d'abord pour piano à quatre mains, mais je les joue toujours avec un autre pianiste sur deux pianos. Deux pianistes peuvent davantage donner d'eux-mêmes sur deux instruments différents. Avec mes partenaires, je joue également toujours sur deux pianos le répertoire prévu pour quatre mains.» La transcription du Sacre du printemps ? «Celle qu'en a faite Stravinsky lui-même pour piano à quatre mains n'est pas très bonne, sur deux pianos en revanche il est possible de mettre beaucoup plus d'intentions instrumentales. Avec Nicholas Angelich, j'ai interprété de nombreux poèmes symphoniques de Richard Strauss, dont la Sinfonia domestica, qui est bien plus intéressante pour deux pianos que dans sa version orchestrale. Nous avons aussi joué les transcriptions d'Ainsi parlait Zarathoustra et de Mort et Transfiguration par Otto Singer, et un jour nous aborderons la Quatrième Symphonie de Bruckner. Les symphonies de Mahler, elles, sont rétives à pareil traitement ; les timbres des instruments font là cruellement défaut. J'ai abordé la transcription de la Sixième par Zemlinsky, qui est peut-être celle qui sonne le moins mal, celle de la Septième par Casella, celle de la Cinquième également, mais je ne m'aventurerai jamais dans les symphonies chorales. Récemment, Jean-Efflam Bavouzet, qui travaille beaucoup avec Zoltan Kocsis, a transcrit pour deux pianos Jeux de Debussy. J'ai regardé la partition : c'est incroyablement difficile, mais ça fonctionne très bien. Je compte jouer cette transcription avec celle des Cinq Pièces op. 16 de Schoenberg par Webern.»
Une autre expérience qui a ravi François-Frédéric Guy, fut l'interprétation, en compagnie de Frank Braley, Jean-Efflam Bavouzet, Nicholas Angelich, Emmanuel Strosser et Claire Désert, de l'intégrale des sonates de Beethoven dans l'ordre chronologique de composition. «Nous avons fait sept fois cette intégrale, déjà, un peu à la manière d'une troupe de comédiens qui arrive dans la ville ! Au début, nous jouions chacun, à chaque fois, les mêmes sonates ; personnellement, les Sonates op. 49 et la «Hammerklavier». Maintenant, nous sommes tous capables d'aborder les trente-deux sonates, donc chacun d'entre nous six joue à chaque fois des sonates différentes. Pour le prochain Festival de La Roque d'Anthéron, nous préparons de la même manière un cycle Schumann. Je suis pratiquement sûr que je tomberai sur les Études symphoniques, l'une de mes pages favorites !» Pour se détendre et se concentrer, François-Frédéric Guy avoue pratiquer la lecture et, à l'image de John Cage, la cueillette des champignons. Les Frères Karamazov font partie de ses livres de chevet et ont sans doute compté dans son attachement à la musique russe, notamment à l'œuvre de Prokofiev : «La Sixième Sonate, que j'ai enregistrée il y a quelques mois, l'année du cinquantenaire de la mort de Prokofiev, mais aussi le Cinquième Concerto, comptent parmi les œuvres pour piano les plus passionnantes du XXe siècle.» Son opinion quant à la musique de Rachmaninov est un peu moins amène : «Je donnerais tous les concertos de Rachmaninov contre le seul Premier Concerto de Bartok.» Chopin ? «La musique allemande et la musique russe exigent beaucoup, physiquement et psychologiquement. Alors, je me suis dit qu'aborder une pièce comme le Deuxième Concerto de Chopin, qui pourtant n'appartient pas spontanément à mon univers, pourrait mettre un peu d'air frais dans le paysage !» Concernant la musique dite contemporaine, François-Frédéric Guy, qui joue volontiers Éric Tanguy et, plus récemment, Tristan Murail, a un avis définitif : «La question n'est pas de savoir s'il s'agit de musique moderne ou non, mais s'il s'agit de bonne musique ; c'est selon moi l'unique critère.» Qui dit mieux ?

Florian Héro

source : http://www.radiofrance.fr/chaines/orchestres/journal/portrait/fiche.php?port=10000026

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3579
Age : 47
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: François Frédéric Guy   Mer 1 Aoû - 13:38


_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
 
François-Frédéric Guy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récitals d'Opéra Français
» François Couperin - 3 Leçons de Ténèbres du Mercredi Saint
» François Adrien Boieldieu (1775-1834)
» Les plus belles dictions françaises
» Paul et Virginie de Jean-François Lesueur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-classiques.forumculture.net :: rez de chaussée : loge des artistes :: instrumentistes-
Sauter vers: